A la rentrée 2013, plus besoin d'acheter son billet pour monter dans le bus à Valence (Drôme). Les voyageurs occasionnels pourront payer en fin de mois grâce au post paiement. La décision a été prise début juin par Valence Romans déplacement, le syndicat mixte en charge des transports urbains dans l'agglomération Valence Sud Rhône Alpes. (VRD).


Les voyages seront facturés 1,20 euro (prix du ticket unitaire) et plafonnés à 40 euros.  Un prix légèrement supérieur à l'abonnement mensuel tout public (38 euros). "Nous jouons la carte de l'innovation pour dynamiser le réseau urbain", explique Béatrice Frécenon, présidente du syndicat mixte . "De plus en plus de personnes se déplacent en bus. A l'heure d'internet, il faut s'adapter aux nouvelles technologies pour faciliter l'usage des transports publics".

 
Un autocollant pour valider son voyage
 
Le sticker-transport est une carte à puce souple qu'il suffira de coller au dos d'un téléphone mobile. Développée par I.S.R.A Cards (une entreprise drômoise) et Transdev, l'exploitant du réseau urbain Citéa, cette innovation repose sur la technologie RFID. "Nous ne tournons pas le dos aux NFC (near field communication). Nous attendons qu'elles se démocratisent car pour l'instant seuls 10% des téléphones en sont équipés. Avec le sticker-transport nous précédons ce développement", précise Ludovic Martin, directeur de Citéa.

Cette nouvelle technologie vise particulièrement les moins de 26 ans car 98% d'entre eux possèdent un téléphone mobile. Cette carte à puce offrira les mêmes fonctions que les traditionnelles. Le voyageur pourra valider son voyage, recharger son abonnement et être contrôlé, y compris lorsque le téléphone est éteint ou déchargé. Deux autres services faciliteront l'accès aux transports collectifs. L'application mobile du calculateur d'itinéraire sera étendu aux 39 communes de la communauté d'agglomération.
Enfin, Citéa s'est doté de Théa, un nouvel agent virtuel pour répondre aux questions des internautes. "Même si ce service est plus de l'ordre du gadget, c'est aussi un moyen de décongestionner la centrale d'appels qui reçoit en moyenne 1 000 appels par jour", observe Béatrice Frécenon.

 
Fréquentation à la hausse

"Les nouvelles technologies d'information et de communication font l'objet d'un plan pluriannuel d'investissement", indique la présidente de l'autorité organistrice. Coût de développement de l'opération, 60 000 euros. "Le réseau de Valence a été le premier à développer un SAEIV et une application i-Phone", note Franck-Olivier Rossignole, directeur régional centre est de Transdev.
"On développe ici des innovations sur lesquelles les grandes agglomérations réfléchissent encore". Cette politique, assortie d'une restructuration de l'offre de transport, semble avoir porté ses fruits. Un an après la réunification des réseaux urbains de Valence et de Romans-Bourg de Péage sous la marque Citéa, la fréquentation a augmenté de 7%. Avec dix millions de voyageurs en 2012, le trafic devrait progresser de 5 à 7% en 2013 grâce à ces nouveaux services.