Interdit de plage

La ligne 3 ira-t-elle un jour jusqu'au littoral ? Les communes concernées (Palavas, Mauguio-Carnon et La Grande-Motte), sont membres d'une autre communauté d'agglomération (Pays de l'Or), et elles ne veulent surtout pas que le tramway déverse ses flots d'habitants des banlieues de Montpellier sur leurs plages... Autrement dit, la "clientèle sociale" du tramway n'est pas la bienvenue. En attendant, des bus du reséau TaM vont desservir la plage du Petit Travers à l'été 2012.

Au total, les deux nouvelles lignes de tramway qui entrent en service le 7 avril comptabilisent 23 km de voies nouvelles : 19,8 km pour la ligne 3, et 8,2 km pour la ligne 4 (la plupart sur un tracé déjà existant en centre-ville). Ce qui porte le réseau de tramway à 56 km, desservant Montpellier et sept communes périphériques. "Nous prenons la tête du peloton des villes à tramway", se félicite Jean-Luc Frizot, directeur des Transports de l'agglomération de Montpellier (TaM, exploité par Veolia Transdev). Le réseau devance Bordeaux (44,3 km de tram), Nantes (43 km) et Strasbourg (40,2 km).

L'investissement représente 530 millions d'euros, financés à hauteur de 374,4 millions d'euros par Montpellier Agglomération, 82,6 millions par l'Etat (dans le cadre du 1er appel à projets transport collectif en site propre du Grenelle de l'environnement), 50 millions par la région Languedoc-Roussillon, et 28 millions par le conseil général de l'Hérault.

Avec son réseau tramways-bus de plus en plus maillé et interconnecté, TaM espère voir le trafic voyageurs progresser de 22%, soit 15 millions de voyageurs supplémentaires sur l'ensemble du réseau dès avril 2012. Et bondir de 42% en 2017 lorsqu'une cinquième ligne de 20 km entrera en service entre Lavérune et Prades-le-Lez. Actuellement en concertation, son coût est évalué à 330 millions d'euros.


La gare, une zone délicate

Actuellement, les quatre lignes se croisent devant la gare centrale Saint-Roch, où une centaine de rames passe chaque heure en période de pointe. Une zone à risque selon les syndicats de TaM et la Fnaut (Fédération nationale des associations d'usagers de transports) qui ont récemment pointé du doigt les risques d'accidents et de surcoûts d'exploitation liés à des embouteillages de tramways.

Le matin de l'inauguration, justement, deux trams sont entrés en collision causant "un froissement de tôle", selon Jean-Pierre Moure, président de Montpellier Agglomération. Quatre personnes ont toutefois été très légèrement blessées. En cause, une faute d'inattention du conducteur.
Cette zone ferroviaire est délicate à négocier pour les traminots qui vont d'ailleurs suivre des cours de conduite renforcés sur un simulateur, premier du genre en France (voir photo ci-dessous). Transamo, filiale de Veolia Transdev spécialisée dans l'étude et l'assistance à maîtrise d'ouvrage de projets de transport, a investi 150 000 euros pour cet outil, et compte bien le faire tourner dans les réseaux.
 
Nathalie Arensonas