Le calendrier sera tenu : le 15 février 2013, le premier ministre annoncera officiellement quelles liaisons du métro du Grand Paris  seront réalisées en priorité, à quelle échéance, et sans doute en redimensionnant certaines infrastructures. C'est ce qu'a confié Cécile Duflot, ministre de l'Egalité des territoires en charge du Grand Paris lors de la cérémonie des vœux à la presse le 21 janvier 2013.
"Dès le mois de février, l'Etat prendra des décisions engageantes, déterminées et financées pour le calendrier du Grand Paris Express et pour l'avenir de la région capitale", a déclaré la ministre.

Le rapport de Pascal Auzannet sur ce projet de super métro autour de la capitale, rendu public mi-décembre 2012, avait suscité de vives inquiétudes chez les élus, surtout du nord-est francilien. En révélant que le projet coûterait 10 milliards d'euros de plus que les 20 milliards annoncés par le précédent gouvernement (Fillon), l'expert a mis le doigt sur les contraintes budgétaires et proposé d'étaler des travaux avec un ordre de priorité.

Les propos du Premier ministre début janvier 2013, faisant le lien entre le Grand Paris Express et le Schéma national des infrastructures de transports (Snit pour lequel un autre rapport est attendu courant 2013 pour faire le tri parmi 245 milliards d'euros de projets de transport), avait été interprété par certains observateurs comme un report déguisé du projet de super métro francilien.

Nathalie Arensonas