Ça partait d'un bon sentiment... Suite aux dysfonctionnements récurrents en février 2012 sur la ligne B du RER, la RATP et la SNCF avaient décidé d'accorder un geste commercial en appliquant une réduction de 50% au mois de mars sur le prix des forfaits mois, semaine et annuel dans les gares du RER B, sauf zones 1 et 2.

Contactés par de nombreux internautes étonnés de ne pas pouvoir bénéficier de cette ristourne, Mobilicités a découvert qu'il fallait habiter en dehors de Paris et ne prendre le RER que pour aller travailler pour en bénéficier d'office.
Les Parisiens et proches banlieusards domicilés à l'intérieur de la zone 1 et 2 doivent, eux, prouver qu'ils empruntent le RER en zones 3 et plus pour aller travailler s'ils veulent obtenir cette ristourne. Et faire une demande par courrier pour recevoir un chèque de remboursement.

Le député maire de Seine-Saint-Denis François Asensi s'était félicité dans un communiqué de ce dédommagement qui intervient, selon lui, "après plusieurs mois d'action (...) Cette décision n'est toutefois pas à la hauteur du préjudice subi par les usagers : suppressions de trains et retards en cascade, inconfort et absence d'information", a relevé l'élu, réclamant que ce geste commercial soit reconduit en avril.
Le porte-parole de la SNCF Transilien n'avait pas souhaité faire de commentaires concernant une éventuelle reconduction en avril.

Après le gros couac du lundi 5 mars sur le réseau RER, et alors qu'un rapport parlementaire préconise un train de mesures pour endiguer les avaries, la ristourne sera t-elle reconduite, y compris sous conditions ?

Nathalie Arensonas